Nos Futurs de Bennes à Ordures

Puisqu’il faut y revenir inlassablement.

Comme on rebat le prix du beurre on néglige celui du sang et sur l’autel de l’immoralité on sacrifie les innocents au plus intime de leur dignité. J’en ai vu des vertes et des pas mûres, ici et ailleurs, mais du haut de mon innocence bafouée jamais une benne à ordure pour stopper les honnêtes gens d’en aller se doucher.

http://www.liberation.fr/direct/element/a-calais-la-municipalite-bloque-lentree-dun-batiment-du-secours-catholique_57775/

Le Secours Catholique assure qu’au-delà du ridicule fascisant et stigmatisant d’une municipalité ignorante des lois en vigueur autant, du coup, que des moyens à sa disposition, le service bien évidemment sera mis en place incessamment.

Oui, malgré la promesse gouvernementale, des mots de vent et de poussières sur le vernis rongé de l’agenda médiatique, ceux qu’on appelle les migrants, reniés réfugiés du sang et des guerres qui sont le tapis épais de notre confort, le prix de la chair déchiquetée dans chaque seconde du sourire abruti d’Hanouna, ceux-là oui, sont de retour à Calais.

Géopolitique ne saurait mentir, le bas blesse là : l’instant médiatique, c’était déjà souligné à l’époque, jouait sans pitié aucune la négation d’une réalité tangible, inéluctable tant que persiste la marche actuelle du monde. Tant que nous choisissons le confort du canapé devant le poste à décérébrer, le système s’entretient : propagande de façade, marchés illicites sous les marchés de prestige, écran de fumée spéculatif et derrière, à l’abri des regards tant que possible, le cœur du charnier, la guerre. Détruire pour reconstruire, vendre la guerre pour vendre les armes. Vendre du rêve pour camoufler l’horreur. Tant qu’il y aura des marchands d’armes, il y a aura des guerres. Tant que nous laisserons faire impunément les lois du marché aux dépends de la vie humaine, des flots de réfugiés continueront de venir frapper à nos portes.

Avec espoir et raison.

La municipalité peut nier, s’outrager, continuer de promettre l’impossible. Calais ne se déplace pas et l’Angleterre non plus : à moins de déménager toute la ville sur les plages de Vendée, les réfugiés resteront l’apanage de cette cité de passage sur le détroit. Tant que nous ne proposerons pas une politique d’accueil digne, ils continueront d’errer par les rues en cherchant où se mettre à l’abri du froid, où se nourrir, où se croiser pour survivre.

Et où se laver.

Tout ça pour appuyer la nouvelle cabriole d’inhumanité spontanée, irréfléchie, de la municipalité de Calais, venue s’illustrer dans ses atours xénophobes les plus vils. L’article paru dans le Nord Littoral relate tout d’abord les rondes policières à l’heure matinale des premiers rassemblements, un temps avant l’ouverture, pour des descentes en rafle sur une population précaire et désœuvrée, avant de narrer l’arrivée impromptue et autoritariste du directeur de cabinet de la mairie garant sans retenue son véhicule en travers de l’accès au centre du Secours Catholique pour empêcher l’installation du troisième module sanitaire, avant d’y faire déposer par les services techniques cette benne à ordure.

On tourne en rond, magma poisseux insoluble.

 

Pendant ce temps-là, à Aulnay-sous-bois…

Quatre tarés en uniforme s’octroient le barbare privilège d’un « viol par accident » à coup de matraque dans l’intimité anale d’un de nos jeunes concitoyens… lors d’un énième contrôle au faciès. Racisme primal et dégénérescences policières.

Dois-je encore me targuer de quelques mots sur la police ?

http://www.konbini.com/fr/entertainment-2/video-policier-bamboula-reste-convenable/

   « Théo et Adama nous rappellent pourquoi Zyed et Bouna courraient. »

On tourne en rond, monstres de sauvagerie animale derrière les matricules.

 

Et dans l’espace hypnotisant des manipulations médiatiques, le show est occupé, premier rôle, par le père au sourcils en buissons, châtelain de la Beauce, François Fillon l’innocence tachetée de la chrétienté médiévale. Mes bons serfs, buvez avec reconnaissance cette soupe amère de l’ignorance et du fiel dont vous ne saurez jamais saisir les rouages. La mécanique est en marche, saint béni de rémission, la présidence est rédemption tant les fainéants moutons que nous sommes par l’oubli et par milliers s’en vont.

L’oligarchie préserve en toute impunité, derrière des excuses, aumône spectaculaire au bas peuple, les privilèges absurdes et dangereux de leur classe de nantis déconnectés de nos futurs sacrifiés. Aucune remise en question d’un système pourtant connu, mis en lumière maintes fois déjà, mais dont les scandaleuses révélations réitérées jamais n’éveillent le bon peuple français.

Deux mondes qui jamais n’entrent en collusion tant les forces de l’ordre, si bien renommées, autant qu’un haut cercle de la justice financière et politique gardent, piliers de l’inégalité, aussi violemment que minutieusement le pré carré des hauts sommets.

On tourne en rond dans les satisfactions béates d’une trop vieille révolution.

 

Il m’est difficile de reprendre la plume encore et toujours pour dénoncer les mêmes erreurs, les mêmes scandales, les mêmes horreurs. On tourne en rond depuis si longtemps que la danse infernale en semble inextricable. Pourtant, ensemble nous créerons l’énergie cinétique dans la ronde hypnotique, nous nous extirperons ensemble du schéma imposé. Nous cesserons alors de nous laisser broyer pour le confort indécent de ces joyeux assistés insouciants et arrogants. Si nous souhaitons éviter, et je le souhaite ardemment, de vivre nos futurs dans les recoins immondes de leurs bennes à ordures, il nous faudra le dire, l’exprimer, l’imposer.

Arrêter d’accepter qu’ainsi on tourne en rond pour quelques siècles d’extinction.

 

Matthieu Marsan-Bacheré

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :